Les vins rosés sont injustement laissés pour compte

Pourquoi donc les vins rosés sont boudés ? Pourquoi sont-ils réduits à de simples complices d’après-midi en terrasse ? Sachez qu’au même titre que de grands vins blancs, les rosés peuvent être d’une grande complexité. Dans un premier temps il existe plusieurs types de rosés, cela dépendra du temps de macération des raisins. Autant certaines appellations acceptent les rosés d’assemblage, c’est-à-dire un mélange de vins rouges et de vins blancs. Autant la majorité des rosés de France sont élaborés à partir de raisins rouges qui auront un contact très court avec le jus.

  • Corbières – Pipelettes – Domaine Sainte Marie des Crozes

    Languedoc
    Rosé
    8,00 
  • Rose Marie – Château Le Puy

    Bordeaux
    Rosé
    37,70 

On distingue 3 types de rosés

D’abord, le vin rosé de macération, qui comme son nom l’indique macère en cuve juste avant la fermentation. De cette manière, le jus se colore légèrement. Le temps de macération est variable, cela dépendra de la teinte que l’on veut obtenir. Après quoi les raisins seront pressés et le jus obtenus sera alors mis à fermenter. Ensuite il existe le rosé dit de pressurage : cette technique consiste à presser directement les raisins en sortie de vendange. De cette manière, le vin rosé sera très légèrement teinté. Enfin il existe le rosé dit de saignée : celui-ci vient d’une vendange destinée à faire du rouge. Cette vendange est donc en cuve et les raisins macèrent. On viendra alors au bout d’un court moment, libérer une partie de ce jus pour le vinifier à part. Le reste de la vendange restera en cuve de macération jusqu’à faire un rouge et le jus de goutte retiré servira à faire un rosé.

Et au même titre qu’il existe plusieurs manière de produire du rosé, il existe énormément de cépages et de terroirs avec lesquels faire de grands rosés ! Osez passer la porte et venez découvrir notre sélection sur mesure de vins rosés de vignerons !