Les vins issus de l’agriculture raisonnée

Vous avez certainement déjà entendu le terme mais sans vraiment savoir ce que ça voulait dire « agriculture raisonnée » ? Eh bien pour résumer, dans l’idée c’est un mode de culture qui n’est ni conventionnel, ni bio.

Ce modèle a été mis en place dans les années 90 et c’est un dispositif qui vise à qualifier les pratiques d’un producteur autour d’une définition du développement durable, autour de pratiques économiques, sociales et environnementales. Tout cela n’est en aucun cas régi par un organisme certificateur en revanche c’est aiguillé par le FARRE : le Forum pour une Agriculture Raisonnée dans le Respect de l’Environnement. Le FARRE se veut guide de la rupture avec l’agriculture intensive et néfaste.

  • Champagne Philipponnat – Royale réserve brut

    Champagne
    Effervescent
    38,80 
  • Champagne Redon – Un R d’autrefois Premier cru

    Champagne
    Effervescent
    31,40 
  • Fallet-Gourron – Champagne Grand Cru Blanc de Blancs

    Champagne
    Effervescent
    49,00 
  • For Me – Domaine Rimbert – Merlot VDF

    Languedoc
    Rouge
    8,10 
  • Hurluberlu – Sébastien David

    Loire
    Rouge
    11,45 
  • Jean Luc Jamet – Côte Rôtie « Les terrasses »

    Rhône
    Rouge
    83,00 
  • Jean Luc Jamet – L’Enclave – Côtes du Rhône

    Rhône
    Rouge
    24,00 
  • Jean Luc Jamet – Syrah Valine – IGP Collines Rhodaniennes

    Rhône
    Rouge
    21,30 
  • Primizia – Domaine Mondange – île de beauté rouge

    Corse
    Rouge
    13,35 

Pas de certification donc pas de cahier des charges

En effet, le dispositif apporté par le FARRE n’est pas obligatoire, il en va alors du bon sens, de la responsabilité et de la raison des agriculteurs de suivre les mesures qui vont dans le sens du respect de l’environnement. Et c’est notamment pour cela que ce modèle est un peu décrié.

Ensuite, le mode de production est beaucoup moins contraignant que pour l’agriculture biologique : il n’y a pas de cahier des charges à respecter, seulement un référentiel. C’est la raison pour laquelle on voit ce dispositif comme une mesure marketing plutôt qu’une mesure de fond. En plus, il n’y a pas de véritable objectif de réduction d’utilisation des produits phytosanitaires puisque les seuils limitatifs du référentiel sont ceux de la loi. Et contrairement à l’agriculture biologique tous les produits phytosanitaires sont autorisés. L’agriculteur est donc libre de décider ce qu’il juge raisonnable dans les limites de la loi et le consommateur final demeure dans le flou car il ne saura jamais vraiment si le produit a été traité ou pas.

Un mode de culture un peu flou

Notre conclusion par rapport à cela, c’est qu’il est compliqué de mettre en avant cette méthode agricole. De la faire passer comme une pratique vertueuse et respectueuse de l’environnement et du consommateur. Cependant, nous connaissons les artisans avec qui nous travaillons, et nous avons confiance en eux. Et chez nous, ce n’est pas parce que le domaine que nous vous présentons n’est pas certifié que ses pratiques ne sont pas bienveillantes et vertueuses. Et c’est pour cela que nous préférons parler de domaines non certifiés. Car en effet, même si les pratiques sont conscientes de l’environnement, parfois certains vignerons ou vigneronnes préfèrent ne pas se rapprocher des labels et des certifications. Et c’est précisément ici que nous intervenons en notre qualité de distributeur, nous apportons cette expertise et nous sommes là pour vous donner toutes les informations sur les domaines que vous dégustez.