Château Bel Air Marquis d’Aligre

Soussans - Gironde

L’histoire du château Bel Air Marquis d’Aligre est tout à fait incroyable. La première trace d’exploitation du domaine agricole date du 18e siècle. Le château et son vignoble portent le nom du marquis d’Aligre, qui occupait les lieux jusqu’à la fin du 18e siècle. Le château n’a pas fait partie du classement de 1855 des grands crus classés du Médoc pour la simple raison que le vin ne se vendait pas. En effet, le marquis gardait le vin pour sa consommation personnelle. Il fait partie des premiers vins de Bordeaux a avoir été mis en bouteille bordelaise vert olive. La bouteille étaient estampillé avec le nom du château et du marquis mais il avait une autre subtilité. Sur son autre épaule était gravé la mention : « défendu d’en laisser ». Cette mention a valu aux vins du château l’illustre nom de « Margaux défendu ».

Depuis, le château a été racheté par la famille Boyer après la guerre. Et depuis 1950 c’est Jean-Pierre Boyer qui gère ce domaine de 40 hectares dont 13 hectares de vignes.

Grand cru classé dans le Médoc

Le château Bel Air Marquis d’Aligre se situe sur la commune de Margaux. Commune réputé pour abrité le château Margaux, qui fait partie des grands crus classés du Médoc de 1855. Ce classement compte d’autres célèbres châteaux comme le château Mouton-Rothschild ou encore le château Haut-Brion… D’ailleurs, une partie du domaine Bel Air Marquis d’Aligre jouxte avec des parcelles du château Margaux.

Les vins du Château Bel Air Marquis d’Aligre

Monsieur Boyer fait de la résistance, pas de barrique à Bordeaux, pas de barrique à Margaux !!!Les vins du château Bel Air Marquis d’Aligre ne ressemblent à aucun autre, assemblage  de Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et Petit Verdot. Pas d’élevage en barrique mais des élevages très longs en cuve béton (pendant 4 ans). Des vins peu colorés, peu puissants mais intensément parfumés, d’une finesse et d’une longueur remarquable.

Vignoble Bordeaux
Appellations Margaux
Superficie 34 ha
Mode de culture Agriculture biologique